• Oui, ici aussi il y en a. Il est donc possible de trouver autre chose que leur fichu pain de mie. Un pain croustillant comme chez nous ! Il vous en coûtera 3 dollars australiens (du moins où je travaille actuellement), soit 1,80 euros, pour une baguette de pain. Pas donné hein ? Enfin, sachant que la vôtre est bientôt à un euro, je me dis que dans un an ce sera presque avantageux de venir la manger ici. En tout cas c'est marrant d'entendre les clients prononcer : "one beuguette please", "one peine of chocolate", "two crôassantes" (petite référence à Froggy au passage, j'udore l'humour) et j'en passe et des meilleures. Ils ont même des traductions pour certains trucs, traductions qu'en bonne française je n'ai pas encore retenues. Si juste un truc facile : notre beignet français il l'appelle donut. Merci Homer pour ces quelques mots de vocabulaire inculqués durant mon enfance et qui, contre toute attente, me servent aujourd'hui.

    L'australie vous proposera beaucoup plus d'aliments salés dans ses "bakeries". Pas de jambon-beurre mais plutôt des croissants avec du bacon, de la dinde, du fromage... et les aussies sandwitchs avec de la betterave (ils en raffolent). Ainsi que tout un tas de tartes bien entendu. Des "pies" de toutes les tailles et pour tous les goûts. J'aurais d'ailleurs pu en goûter une au crocodile durant mon périple dans New South Wales, mais l'humeur n'était pas à l'aventure gustative ce jour là. Et puis il y a tout un tas d'autres spécialités étrangères. Bah oui, c'est loin d'être culturel alors pour remplir les étales ils ont été chercher du pain turc, italien etc.

    C'est comme le café... Vive le melting pot !

    PS : sur la photo "Chimmys", la boulangerie où je travaille en ce moment. Le cliché n'est pas terrible mais beaucoup de circulation aujourd'hui ainsi qu'un livreur. J'essaierais d'en reprendre un meilleur plus tard. 

     


    votre commentaire
  • Le café... Une institution en OZ. Tous les étrangers vous le diront. Lorsque vous avez l'intention d'en boire un, et ce, où que vous soyez, vous avez tout intérêt à vous y être préparé. Oublié le : "et un café s'il vous plait !", jeté nonchalamment à la fin de la commande ou du repas. Remarquez... libre à vous de vous attirer les regards de stupéfaction du serveur et des autres clients. Mais vous ne pourrez pas dire que je ne vous aurais pas prévenu !!!

    Car ici, les immigrants italiens ont emmené avec eux leur spécialité ! Une quantité astronomique de déclinaison de café.
    Surtout avec du lait. Un café peut donc être latte, flat white, short black, long black, machiatto, long machiatto, moca, cappuccino et bien entendu le Babbiccino pour les enfants. En réalité il ne s'agit là que de mousse de lait servit dans une mini tasse pour imiter papa et maman. Avant d'avoir bu un seul café les apprentis aussies y sont déjà accros ! Enfin n'oublions pas le hot chocolate et le thé. Le tout pouvant être décliné à nouveau en Skinny (comprenez allégé) ou non, et être consommé sur place ou à emporter... Bref, c'est ce que j'ai réussi à saisir en trois mois, et j'ai encore du boulot. Ils vont même jusqu'à en faire des oeuvres d'art en dessinant dans la mousse de lait.

    Pour l'anecdote, la première fois que mon patron m'a demandé si je savais faire un café j'ai dit oui. Je vous laisse imaginer mon effroi quand il m'a énoncé la liste.

    Finit le café noir, bienvenue chez nos voisins du dessous !!!


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique